DE LA MAGIE DU FOYER
Corinne (France)

Lorsque j’ai débuté ma pratique magique, la question qui me taraudait était celle concernant la magie au quotidien. Je me demandais souvent : est-ce que je pratique assez? Je pense que comme moi, nous avons été bercés par les films et séries contant la vie extraordinaire de sorcières ayant une pratique ésotérique à temps plein, de chaque instant, et nous faisant rêver. Avoir une pratique magique « réelle » était à mes yeux, en plus de la célébration des sabbats et esbats, quelque chose de tous les jours. Je dois vous avouer que ma vision de la sorcière est celle très romanesque peut-être, de la femme, vielle ou pas, vivant, avec son ou ses chats, dans une chaumière au milieu de la nature, en communion totale avec elle, où la pièce principale est emplie de livres anciens, qui fabrique des potions tout au long de sa journée, qui pratique des rituels chaque jour ou nuit, et qui a certains pouvoirs magiques, etc. … Enfin de compte, son métier est « sorcière »; ce qui est peu réalisable et réaliste de nos jours, quoi que… à voir ;-)

Je me suis donc tournée vers cette étude de l’intégration de la magie dans mon quotidien. De ce fait, je veux vous parler ici du livre de Rachel Patterson, aux Éditions DANAE (Alliance magique) « La magie du foyer, trucs et astuces d’une vraie sorcière », qui permet de faire entrer la magie dans ses tâches quotidiennes, car, oui, chaque action anodine de notre journée peut devenir magique. L’œuvre est conçue comme une discussion avec l’auteure de manière sympathique, chaleureuse comme si on était assise avec elle, au moment du tea time avec des petits biscuits – je suis une gourmande qui s’assume –, dans sa cuisine, à parler magie.

Après une introduction faisant naître une envie enthousiaste d’explorer et trouver la sorcière du foyer qui sommeille en soi, Rachel Patterson articule son livre autour de la création d’une cuisine magique, la célébration des sabbats, les influences de l’astre lunaire, les Éléments, et du travail avec l’énergie. Elle nous donne en quelque sorte les notions de base de la magie du foyer, qui s’articule autour de la cuisine en tant que lieu de création et de pratique. Il n’y a pas seulement que votre autel, ou votre pièce de travail qui peut être un lieu de pratique magique et qui lui est consacrée, mais aussi la cuisine par l’établissement d’un autel, la décoration, la kitchen witch. Les gestes liés à la cuisine, comme l’épluchage des légumes, faire une vinaigrette, le fait de battre des œufs, de préparer une pâte, hacher un aliment, deviennent un rituel, un sort lorsque l’on y apporte une touche magique. Elle nous emmène ensuite vers la magie des bougies, la création d’un jardin magique et nous partage quelques méditations au fil des saisons. La partie que j’ai trouvé la plus intéressante – même si l’ouvrage entier l’est –, et inspirante – car il faut ajouter sa part de magie à chaque recette magique –, est celle consacrée aux Arts, où elle nous parle de différentes pratiques usitées par la sorcière du foyer. C’est là que nous touchons du doigt, encore plus, la mise en place d’une magie tout au long de sa journée, par de petites touches plus enchantantes les unes que les autres. Après une bénédiction de magie naturelle au cœur de la maison autour des Éléments, le ménage lui-même est rendu magique par la création d’eau de lavage et de spray liés aux propriétés magiques des plantes utilisées. De là, la création de potions devient infinie en fonction de l’intention que l’on veut y mettre. Pour ma part, j’ajoute à chaque fois dans mon eau pour passer la serpillière, une potion de plantes en fonction de ce que je souhaite attirer ou bannir (ex. élixir de romarin/laurier pour la protection, élixir de menthe/basilic pour la prospérité, eau solaire pour la vitalité, etc. …). Rachel Patterson nous donne aussi quelques recettes de « produits de beauté » pour une bénédiction et purification de soi, car cela doit aussi d’étendre à son corps.

Nous arrivons ensuite aux bouteilles de sorcières, aux échelles de sorcières, encens, sacs médecine, poudres magiques, encre magique (idée géniale pour rendre encore plus magique ses incantations, demandes, sorts et son grimoire), poupées, pendules, runes, pierres d’esprit animal. De par ce survol de diverses pratiques, nous nous rendons compte que la magie est « simple », qu’il faut juste être curieux, imaginatif, et, qu’avec les connaissances nécessaires, tout est à portée de main dans son sens propre et figuré. Loin de la magie cérémoniale et cérémonielle, la magie du foyer rend la pratique magique ancrée en chaque geste de son quotidien même les plus anodins. Loin de la superficialité, nous avons du concret.

Un point important est que la magie traditionnelle peut se pratiquer avec des outils que l’on a sous la main : une marmite devient un chaudron, un verre devient un calice, une cuillère en bois devient une baguette, un couteau de cuisine devient un athame, une soucoupe devient un bougeoir, etc. … Oui, il est essentiel d’acquérir quelques outils magiques fondamentaux (ça fait plus vrai!! lol), mais tout peut être détourné de son usage; il faut faire de la magie avec ce qui raisonne en soi. N’oublions pas que les anciennes sorcières pratiquaient en détournant les ustensiles de cuisine et les objets du quotidien. La sacralisation des outils magiques s’est faite au fil des siècles et fait partie maintenant du folklore attaché à la sorcellerie. Avons-nous réellement besoin de tout ça ? Non je ne pense pas. Mais cela est autre débat...

Voilà, en tout cas, un petit livre génial pour s’approprier sa magie, et rendre magique son quotidien et surtout sa vie; un petit livre qui j’espère vous plaira autant qu’il m’a plu, et qui titillera votre imagination.

Je finirais avec un extrait de l’introduction pour mettre votre curiosité en émoi :
« Une femme se tient penchée au-dessus d’une vieille table en bois, mortier et pilon en main, broyant un mélange d’ingrédients. Une grande bougie blanche est posée près d’elle sur la table, sa flamme vacillant et crachotant. Ouvert devant elle, un énorme livre relié de cuir, ses pages usées et remplies de sorts calligraphiés. (…) il pourrait s’agir de moi (ou de vous) dans une cuisine ordinaire, dans une maison en banlieue ou dans un appartement en centre-ville. C’est une sorcière au travail ; la même scène, avec les mêmes ustensiles et les mêmes ingrédients, aurait pu se dérouler il y a des siècles. » (Rachel Patterson)

Corinne, France