MAGIE AUTOUR DE SOI
Corinne (France)

Les premiers ouvrages que j’ai lus sur la sorcellerie étaient des traités de haute magie, de magie cérémoniale, une magie donc très structurée et structurelle avec tout un protocole cérémoniel strict à respecter. C’était ce qui m’attirait, me fascinait, m’impressionnait le plus, et ce qui collait le plus à la vision que je me faisais de la sorcellerie. Mais, ces process régaliens si envoûtants qu’ils soient, me bloquaient plus que m’encourageaient à pratiquer la magie. Par peur de faire mal, de se tromper, en plus de la notion d’initiation, qui me semblait quasi obligatoire pour être légitime à exercer cet art. J’ai compris et su par la suite que cette pratique magique ne me correspondait tout simplement pas.

Après des dizaines de livres achetés, lus, étudiés, décortiqués, absorbés, intégrés et de nombreuses années à être une observatrice de la sphère magique, je me suis lancée!! Et, il faut remercier pour ça l’agenda de pratique de Lisbeth Nemandi, les vidéos de Vae Bataille et la découverte du site Demoiselle Étrange, où j’ai eu la confirmation de l’intuition que j’avais en moi, que la magie c’est de l’expérimentation, de l’imagination, de la personnification, du ressenti et de la simplicité, loin de ce tralala cérémonial.

Dès mes premiers pas dans la pratique, j’ai voulu intuitivement un art naturel simple, minimaliste et authentique. Pas de baguette, mon doigt suffit. Un athamé parce que j’adore!! Un grimoire couplé à un agenda de pratique et des carnets de notes pour relater mes expériences et expérimentations que je recopie ensuite au propre dans ledit grimoire. Un autel/table de travail où je fais mes tirages de cartomancie, mes rituels. Des cristaux bien sûr posés sur des coquilles Saint-Jacques, des plumes, de l’encens, des bougies par dizaines. Pas de boline pour couper les herbes, mes ongles suffisent ou un sécateur consacré. Pas de chaudron non plus, je n’ai pas encore trouvé mon bonheur, donc une vieille et petite casserole en cuivre. Et, un coffre où je range tous mes petits pots emplis d’herbes, de fleurs, d’épices, de plantes séchées, de terre, de sable, de sel, de potions ou élixirs, ou vides attendant de servir.

Les décorations de mon autel pour les sabbats sont des éléments naturels ramassés quelques jours avant ou le jour même, que la nature m’offre, puisque nous célébrons la Roue de l’année et les saisons. J’ai toujours allié sorcellerie et nature; pour moi ce sont deux mondes intrinsèquement liés, et encore plus maintenant. Depuis un an où je suis une sorcière à part entière et me revendique comme telle – quelle joie d’énoncer cela!!! − je me suis aperçue que la nature, les Éléments vous fournissent tout ce dont on a besoin dans sa pratique au moment où on en a besoin. Les ingrédients nécessaires à tel rituel que l’on souhaite effectuer à ce moment précis sont offerts à celui ou celle qui sera les reconnaître et connecter avec les Éléments. Tout ce qui constitue votre environnement proche n’est pas là pour rien; il a été choisi, consciemment ou inconsciemment, à bon escient par votre part de sorcière. Vous voulez faire une demande, des feuilles mortes sont au sol pour servir de parchemin et la brise se lève pour les emporter; vous avez besoin d’évacuer des énergies négatives, la pluie se manifeste dans les jours qui suivent, ou le vent souffle; en manque d’énergie, de motivation, le soleil est éclatant et vous transmet sa force, ou les éclairs et le tonnerre grondent; vous désirez connecter ou travailler avec tel élément, la représentation de ce dernier se manifeste tout naturellement sur votre chemin; etc.

Il ne sert à rien d’acheter, la magie est tout autour de soi – je vous accorde que parfois on peut ne pas avoir le choix et que c’est plaisant d’acquérir certains objets artisanaux. Les ingrédients d’un rituel, d’une potion, d’un sort peuvent être adaptés à ce que vous avez sous la main; il suffit juste d’imagination, d’adaptation et de connaître les propriétés des plantes qui nous entourent. Le rituel n’en sera que d’autant plus puissant. Il est, je pense, très important de se fondre dans son environnement naturel, d’en apprécier ses dons et de les recycler magiquement; cela devrait être un des principes en magie naturelle. Garder par exemple les coquilles d’œufs pour tracer votre cercle, les épluchures pour en faire une potion/huile, une eau de plancher, mais aussi les pépins, noyaux; que bien sûr il faut nettoyer et faire sécher! Je conserve les fleurs fanées séchées de mes orchidées pour la décoration de mon autel, ou les intégrer à des potions, des huiles.

La magie est simple, elle est autour de soi, elle est en nous, dans notre connexion aux Éléments, à la Nature et ses habitants.

Corinne, France