ÉTHIQUE DE LA SORCIÈRE - OU DU PRATIQUANT

Sur les médias sociaux, nous vous partageons nos expériences, nos manières de rendre nos pratiques magiques conscientes, chargées d’intention. Le faisons-nous, vous et nous, dans toutes nos sphères de vie?

Nous ne pouvons nier que cela est parfois difficile. Hors de notre contrôle, la mondialisation a bougé beaucoup d’éléments sur l’échiquier de la planète. À notre mesure, nous nous assurons d’être le plus alignées possible quant à l’impact du projet de Demoiselle Étrange.

Par exemple, nous avons décidé de ne plus offrir de Palo Santo en boutique, de même pour la sauge blanche. Pourquoi? C’est à cela que je vous réponds :

SAVIEZ-VOUS QUE le Palo Santo a été ajouté à la « Convention on International Trade in Endangered Species », qui évoque essentiellement que la soudaine popularité de cet arbre, bien qu’il ne soit pas encore en danger, doit être surveillée? De même, les communautés habitant dans ces régions se retrouvent malmenées par cette exploitation. Je n’ai eu qu’un seul morceau dans ma vie de cet arbre. Et cela sent divinement bon! Mais… nous avons de belles essences odorantes en Amérique du Nord. Je pense au chêne et son côté sucré, l’érable et son côté fruité… l’équipe est enchantée du travail de « Le Guy » à cet effet, qui nous permet d’offrir des essences locales.

SAVIEZ-VOUS QUE la sauge blanche est une plante sacrée des Premières Nations d’Amérique ? L’exploitation et le non-respect de cette plante et des coutumes ancestrales attenantes a évoqué un terme qui devient de plus en plus connu : l’appropriation culturelle. Cette plante vertueuse doit être respectée, tel que ses Gardiens nous le demandent. De même, plusieurs plantes peuvent remplacer la sauge blanche. Enfin, c’est en ce sens profond de respect que nous cueillons, que nous fabriquons et que nous nous fournissons, à l’occasion, pour nos bâtonnets de fumigation.

Nous pouvons dire que la popularité d’essences exotiques est charmante. Nous aimons découvrir et profiter de nouveaux produits qui sont loin de nous. Cependant, cela ne doit pas être au détriment de l’autre qu’il soit humain, végétal, minéral ou animal. Dénaturer un espace, un milieu de vie, va à l’encontre de l’esprit de notre pratique.

Évidemment, tout n’est pas parfait. Nous faisons des erreurs, des mauvais choix parfois, ou nous avons un tel désir que nous faisons abstraction du bon sens. Honorons et chérissons alors ce morceau de Palo Santo. Reconnaissons sa valeur, et utilisons-le comme tel. Lisez davantage sur l’utilisation de la sauge blanche, rapprochez-vous de cette plante sacrée au-delà de « juste l’utiliser ». Faites le pas de plus qui donne davantage de sens à ce que vous avez entre les mains.

C’est ainsi, que nous nous sentons plus alignées aux valeurs des choses, et arborons nos intentions les plus humbles et sincères dans nos pratiques et nos vies quotidiennes.

Maggÿe